Communiqué

La podo-orthésie, une profession à la croisée de la chaussure et de la santé avec des enjeux clés : la formation et l’innovation

2023

La podo-orthésie, une profession à la croisée de la chaussure et de la santé avec des enjeux clés : la formation et l’innovation

Organisée par le Conseil National du Cuir, la 15ème édition des Rencontres du Cuir s’est tenue ce mardi 27 juin au sein de la PME Concept Podo, spécialisée dans la conception et la fabrication de chaussures orthopédiques sur-mesure en Normandie. Un nouveau rendez-vous au coeur d’un secteur confidentiel, souvent méconnu, aux enjeux multisectoriels et aux nombreuses opportunités.
Télécharger le communiqué de presse
Communiqué

Communiqué

La podo-orthésie, une profession à la croisée de la chaussure et de la santé avec des enjeux clés : la formation et l’innovation

2023

Télécharger

Le secteur de la podo-orthèse : des métiers essentiels répondant à un enjeu de santé publique

Photo de montage de chaussure orthopédique
Montage de chaussure orthopédique

La podo-orthésie représente un chiffre d’affaires de 120 millions d’euros dont 85% sont générés par les chaussures orthopédiques. Le secteur regroupe 250 entreprises, 1 900 salariés dont 800 podo-orthésistes aux profils spécialisés exerçant dans près de 500 cabinets sur l’ensemble du territoire.
La fabrication de chaussures orthopédiques remplit un vrai rôle social et répond à un enjeu de santé publique. Face au vieillissement de la population, à l’augmentation du nombre de personnes diabétiques, de maladies cardio-vasculaires et auto-immunes, la chaussure obéissant à des critères médicaux se révèle un équipement essentiel.

Photo du travail de la forme par C.A.O.
Travail de la forme par C.A.O.

Pour autant, ce secteur aux tarifs réglementés n’a pas connu de revalorisation du niveau de ses prestations depuis plus d’une de décennie. Suite aux différentes crises successives des trois dernières années, il fait face à une véritable urgence financière et la survie des PME qui composent le secteur est en jeu !

« Nos métiers sont porteurs de sens car nos professionnels contribuent à faciliter la marche et à offrir un confort à des patients qui souffrent suite à des maladies neurologiques ou à un traumatisme quel qu’il soit. C’est leur santé qui est en jeu et l’appareillage orthopédique que nous délivrons sur ordonnance médicale permet de sauver des vies. Pourtant, nos métiers ne sont pas considérés à leur juste valeur. Par manque de visibilité sans doute. Nos métiers souffrent d’une image vieillissante alors que nos entreprises sont dans des démarches RSE. La communication est capitale et gagner en visibilité nous permettrait de sensibiliser les pouvoirs publics à nos enjeux et d’attirer de nouveaux profils pour combler les départs en retraite et
répondre à un besoin grandissant.
» déclare Léonie Bonnefoy, vice-présidente de la Fédération Françaisedes Podo-orthésistes.

La formation et l’attractivité des métiers techniques : des engagements RSE forts portés par tout un secteur

La formation est un enjeu clé pour tous les secteurs de l’industrie qui peinent à recruter des candidats qualifiés. La Filière Mode et Luxe a récemment signé, avec les ministres de la culture et de l’industrie, un contrat de seconde génération pour la période 2023-2027 dont le premier axe est clair : la formation. Elle cherche ainsi à pourvoir plus de 10 000 postes techniques par an sur l’ensemble du territoire. Un engagement qui témoigne du dynamisme de toute une filière souhaitant conserver compétitivité, agilité et participer à l’accompagnement de la croissance en préservant les savoir-faire.

Si, de son côté, la Filière Française du Cuir est portée par le secteur du luxe, avec la maroquinerie comme locomotive, elle représente de nombreux autres secteurs souvent encore méconnus, à l’image moins attractive, pourtant tout aussi passionnants et dont les opportunités de carrière sont vastes – comme celui de la podo-orthésie. Le secteur de la podo-orthèse a pour ambition de recruter à moyen terme 400 à 450 personnes dans les années à venir dont 200 podo-orthésistes, 200 salariés assignés aux postes de production et 50 personnes rattachées à l’administratif.

Pour former les futurs podo-orthésistes, le secteur peut compter sur 5 établissements de formation sur l’ensemble de la France qui forment jusqu’au BTS obtenu au bout de 3 ans. Cependant, cette titularisation se base sur un référentiel obsolète (plus de 50 ans), inadapté aux attentes d’aujourd’hui. Cela contribue à son image vieillissante et ne permet pas d’attirer les futurs collaborateurs. En 2012, la Fédération Française des Podo-Orthésistes (FFPO) a travaillé de concert avec le Ministère de la Santé ainsi que les établissements de formation sur un projet d’universitarisation du secteur.

« Il y a une mission interministérielle qui doit rendre un arbitrage pour prioriser les professions qui vont être universitarisées. Nous espérons églament que nous aurons été entendus par cette mission. Intégrer l’universitarisation permettra la transversalité entre les différentes professions de santé. Nous espérons également une meilleure visibilité pour les jeunes et plus d’attractivité aussi bien de la profession que des salaires. » indiquent Léonie Bonnefoy et Jean-François Buquet à l’initiative de ce projet porté au Ministère et membres de la FFPO.

Concept Podo : l’histoire d’un entrepreneur visionnaire...

Parmi les PME spécialisées dans la podo-orthèse, on retrouve Concept Podo. Fondée par Jean-François Buquet - également podo-orthésiste – l’entreprise est composée de 27 salariés, alternants compris. Située au coeur de la Normandie, à Bourg-Achard, la PME détient son propre atelier de fabrication à la pointe de la technologie.

Concept Podo s’est digitalisée et équipée depuis des dizaines d’années d’outils numériques. D’une part, pour répondre à un enjeu de recrutement : anticiper et pallier le manque de main d’oeuvre, car les métiers de l’artisanat sont devenus des métiers en tension. Et d’autre part, pour répondre à des enjeux d’attractivité métiers et environnementaux. On compte 4 imprimantes 3D au sein de l’atelier qui tournent à plein régime pour réaliser des formes en TPU, matière première qui sera renvoyée aux fournisseurs pour recréer les bobines de fils qui permettront de fabriquer de nouvelles formes, une belle preuve d’économie circulaire.

Photo d'impression des formes en TPU chez Concept Podo.
Impression des formes en TPU

« Chez Concept Podo, nous avions la volonté de moderniser la fabrication. Le passage à la digitalisation est un investissement sur le long terme. Nous continuons à nous inspirer de ce qui est fait dans l’industrie car le digital, c’est l’avenir et un vecteur d’attractivité pour attirer de nouveaux profils ! » souligne Jean-François Buquet, fondateur Concept Podo.

Photo de la visite de l'atelier Concept Podo
Visite de l'atelier Concept Podo

Engagé, Jean-François Buquet est également à l’initiative de Pod’Action, un groupement de 4 autres entreprises du secteur de la podo-orthèse ayant investi dans un parc de machines de coupe et de stockages de matières premières au début des années 2000. Un succès tourangeau avec une cinquantaine de salariés et une croissance à deux chiffres !

« Au début des années 2000, ce projet de mutualisation paraissait fou et trop ambitieux pour être viable. Aujourd’hui, nous faisons de la sous-traitance. Ce projet est incontestablement un gain de temps et de place, sans compter qu’il permet de partager l’investissement financier important. Par exemple, l’espace disponible dans notre atelier à Bourg Achard est dédié aux demandes urgentes émanant des hôpitaux avec lesquels nous collaborons où une paire de chaussures peut être fabriquée en 3 jours contre 6 semaines pour les demandes dites classiques. »

… En marche avec son temps

Concept Podo est également spécialisée dans la réparation des chaussures de sport et la conception d’articles pour les parasportifs : véritable secteur d’avenir – notamment avec la tenue des Jeux Paralympiques à l’été 2024, à Paris. Son fondateur, sportif de haut niveau, fabrique et teste lui-même ses chaussures de courses à pieds et trail proposant ainsi des produits de qualité, toujours plus confortables et à la pointe de l’innovation.

La pratique du sport et l’inclusivité font partie des grands chantiers du gouvernement selon la Conférence Nationale du Handicap le 26 avril dernier. Des opportunités de marché – entre fabrication et réparation – s’offrent aux acteurs de la Filière Française du Cuir.

« Le sport est un secteur qui ouvre des portes et crée de la synergie avec nos métiers plus traditionnels.Nous avons la chance d’avoir au sein du CNC la Fédération Française de la Cordonnerie Multiservice, la Fédération Française de la Chaussure, la Chambre Syndicale Nationale des Bottiers et la Fédération Française des Podo-Orthésistes qui peuvent travailler de concert et le font déjà en comité restreint sur l’enjeu de réparabilité des articles chaussants de sport. » se félicite Frank Boehly, Président du Conseil National du Cuir

Et résolument tourné vers l’humain

Concept Podo n’échappe pas aux problèmes de recrutement. Initialement installé au Havre, Concept Podo a déménagé à Bourg Achat embarquant avec elle l’ensemble de son personnel. Pour le remercier, Jean- François Buquet n’a pas lésiné sur les moyens : véhicules de fonction mis à disposition, heures de transport considérées comme des heures supplémentaires… Tout est bon pour garder ses talents et les remercier de leur fidélité dans un contexte de recrutement de plus en plus compliqué.

Photo visite de l'atelier Concept Podo
Visite de l'atelier Concept Podo

« Nous devons redoubler d’ingéniosité pour faire venir et faire rester les talents. Chez Concept Podo, par exemple, cela fait plus de 12 ans que nous avons mis en place la semaine de 4 jours pour nos salariés. Concept Podo bénéficie également de la subvention FACT (Fonds pour l’Amélioration des Conditions de Travail) à hauteur de 50%. Quand on veut, on peut ! » précise Jean-François Buquet, Directeur général de Concept Podo.

Une filière cuir au service de l’ensemble de ses acteurs pour une démarche responsable

Ces initiatives, portées par Concept Podo, sont également possibles pour toute PME de la Filière Française du Cuir souhaitant avancer dans une démarche RSE. Par l’intermédiaire de CTC : la filière a créé des aides pour l’écoconception, les économies d’énergie, l’impact environnemental de la production, l’amélioration des conditions de travail, la mobilité des salariés… CTC et le CNC proposent également un bilan carbone gratuit à une sélection d’entreprises, les résultats devant ensuite servir de référence à chaque secteur d’activité : collecte des peaux, tannerie-mégisserie, chaussure, maroquinerie mais aussi pour le secteur de la distribution.

Le CNC a également créé en 2019 le Sustainable Leather Forum, événement international dédié à la RSE dans les industries du cuir, de la mode, du luxe et du design, rassemblant chaque année plus de 400 participants et une trentaine d’experts. Depuis deux ans, des sociétés viennent exposer pour faire connaître leurs solutions d’accompagnement RSE auprès des participants - PME, groupes de luxe, designers, créateurs, tanneurs….

« Je remercie vivement Jean-François Buquet de nous avoir ouvert les portes de Concept Podo. La Filière Française du Cuir est fière de représenter de nombreux acteurs – et aujourd’hui de mettre en lumière celui de la podo-orthésie, à la croisée de la chaussure et de la santé. Comme beaucoup d’autres, ce secteur est confronté aux enjeux de la RSE, de la formation et de l’innovation. La filière soutient et accompagne les PME dans leur développement et souhaite favoriser la transmission des entreprises, afin de sécuriser la chaine de valeur. » déclare Frank Boehly, Président du Conseil National du Cuir.
Photos sur demande